Espace Presse

Retrouvez dans cet espace toutes les ressources média et les derniers communiqués du mouvement

consulter l'espace presse

Mobilisation nationale

Samedi 3 Octobre 2015, dans les nouvelles régions : Journée nationale d’alerte sur la fin de vie et de mobilisation pour les soins palliatifs.

en savoir plus

500 personnes à Paris sur le Parvis des Droits de l’Homme du Trocadéro
11 Déc 2014

500 personnes à Paris sur le Parvis des Droits de l’Homme du Trocadéro

Mercredi 10 décembre, le mouvement unitaire « Soulager mais pas tuer » a rassemblé plus de 500 personnes à Paris sur le Parvis des Droits de l’Homme du Trocadéro pour marquer cette Journée Internationale des Droits de l’Homme.

Deux jours avant la remise de leur rapport au Président de la République, « Soulager mais pas tuer » a également tenu deux autres rassemblements :

  • A Antibes devant la mairie de Jean Leonetti. Le mouvement a également été reçu pendant 40 minutes par le directeur de cabinet de Leonetti.
  • A Poitiers, 80 personnes se sont rassemblées à proximité de l’Hôtel de ville de Poitiers, dont Alain Claeys est le maire. Plusieurs temps forts ont marqué ces rassemblements.

A Paris, avec l’intervention notamment de Cédric, l’un des porte-parole nationaux, dont la femme a été victime d’un grave accident cardio-respiratoire. Celle-ci se réveille depuis quelques semaines d’un coma profond. « Amélie a été diagnostiquée en fin de vie. Que faire ? Ce que je sais, c’est que je prendrai soin d’elle jusqu’au bout. […] Amélie s’est réveillée. Elle pleure, elle souffre, mais elle sourit et rit aussi. »

Pour Claire, psychologue en soins palliatifs : « Il faut rassurer, soulager et entourer les personnes qui souffrent. […] En endormant un patient, on le fait taire, on ampute sa parole. Soulager vraiment la douleur, outre la prise en charge médicamenteuse, passe d’abord par une présence et une écoute renforcée, tenant compte d’une vision globale de l’être.»

Pour Gratiane, victime d’un grave accident de la route : « Le pire fléau c’est la solitude. […] Une fin de vie dans la dignité, c’est une fin de vie entourée et aimée. »

Pour Daniel, directeur d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EPHAD) : « Nous faisons un travail formidable avec les équipes de soins palliatifs. […] Nous avons besoin d’aide pour éviter les envois intempestifs de nos résidents aux urgences. »

Pour François, médecin gériatre : « Nous devons dénoncer le manque de moyens et de formation conduisant certains à des actes qu’ils regrettent […]. « Convergence Soignants Soignés » rassemble 5000 soignants pour une médecine à visage humain. »

Pour Alix, étudiante en médecine : « Nous, futurs médecins, voulons rester fidèles au serment d’Hippocrate. »

Pour Tugdual Derville, fondateur du service SOS Fin de vie et auteur de « La Bataille de l’euthanasie » : « Notre société n’a pas besoin d’aide à mourir, il ne doit y avoir que des aides à vivre. »

Tous répondent à la tentation de l’euthanasie sous toutes ses formes, au suicide médicalement assisté, et au nouveau concept d’ « aide à mourir », proposé par le député Alain Claeys, qui sous la forme de la sédation terminale, constitue un déguisement de l’euthanasie.


commentaires

  1. ALLIOT Vincent affirme: décembre 11, 2014 at 8:15

    En tant que père d’un homme jeune handicapé psychique, je voudrais simplement signaler l’excellent travail fait par Olivier BALSAN, président de l’association « Relais Lumière Espérance », sur le thème « Euthanasie, suicide assisté et handicap psychique ».
    Par ailleurs, une psychologue travaillant en psychiatrie, qui a été à plusieurs reprises confrontée à des patients demandant à mourir, et dont la demande était en fait un appel d’aide à vivre, m’a interpellé en me demandant ce qu’attendait l’église catholique pour prendre position à ce sujet.

  2. Quelle différence y a-t-il entre la sédation profonde (avec privation de l’hydratation jusqu’à la mort) de la loi Leonetti et la sédation terminale profonde de Alain Clays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *