Espace Presse

Retrouvez dans cet espace toutes les ressources média et les derniers communiqués du mouvement

consulter l'espace presse

Mobilisation nationale

Samedi 3 Octobre 2015, dans les nouvelles régions : Journée nationale d’alerte sur la fin de vie et de mobilisation pour les soins palliatifs.

en savoir plus

[Communiqué de presse] Appel au rassemblement contre l’euthanasie le 10 décembre
05 Déc 2014

[Communiqué de presse] Appel au rassemblement contre l’euthanasie le 10 décembre

En ce jour symbolique de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, le mouvement « Soulager mais pas tuer », parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, appelle les Français à se rassembler à Paris, Poitiers et Antibes pour défendre l’interdit de tuer et appeler à développer une vraie culture palliative en France.

A Paris, ville où sera remis officiellement le rapport sur la fin de vie au Président de la République, Poitiers, ville du député Alain Claeys et Antibes, ville du député Jean Leonetti, « Soulager mais pas tuer » appelle à la mobilisation dans un contexte de menaces et de confusion :

1/ En octobre dernier, le Premier ministre a assuré au Parti Radical de Gauche, qui revendique la légalisation de toutes les formes d’euthanasie, qu’il serait directement associé au futur projet de loi sur la fin de vie.

2/ Le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, vient d’apporter le 27 novembre dernier son soutien à l’euthanasie et au suicide assisté, aux côtés de Véronique Massonneau. De nombreux autres députés de la majorité ont fait part de leur intention d’introduire l’euthanasie et le suicide assisté par amendements.

3/ Favorable à l’euthanasie, jusqu’à celle des enfants quand les mentalités seront prêtes, la députée écologiste Véronique Massonneau (EELV) a déposé sa propre proposition de loi pour l’euthanasie et le suicide assisté. Elle sera en principe débattue à l’Assemblée nationale le 29 janvier 2015, dans le cadre d’une niche parlementaire réservée à son groupe.

4/ Le député Alain Claeys (PS), associé à Jean Leonetti (UMP) pour remettre un rapport sur la fin de vie, a annoncé au quotidien Libération le 26 novembre – sans l’aval de son collègue – que serait légalisée une « aide à mourir », sous la forme ambiguë d’« un droit à la sédation profonde jusqu’à la mort » qui s’apparente clairement à une euthanasie masquée.

C’est dans ce contexte de menaces et de confusion que le mouvement unitaire « Soulager mais pas tuer » tient à réaffirmer, au cours de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, que l’interdit de tuer doit rester le fondement très clair de la confiance entre soignants et soignés. De très nombreux Français sont prêts à descendre dans la rue pour défendre ce principe fondamental de notre pacte social. Cette mobilisation doit commencer sans tarder.

Lors de ce rassemblement, des soignants, des personnes concernées par le handicap ou la maladie, et de simples usagers de la santé viendront prendre la parole et témoigner. Notre société peut et doit se donner les moyens de toujours soulager les personnes fragilisées par le grand âge, la dépendance ou la maladie sans décider de leur administrer la mort.

Lieux de rassemblement :

– ANTIBES devant la Mairie, cours Masséna – 16h00

– PARIS au Trocadéro, Parvis des Droits de l’Homme – 18h30

– POITIERS au Square de la République (rue Magenta) – 18h30

 

Sous le parrainage de Philippe Pozzo di Borgo, le mouvement « Soulager mais pas tuer » est destiné à protéger les personnes gravement malades, dépendantes ou en fin de vie, de l’euthanasie sous toutes ses formes et du suicide assisté. Il est composé d’usagers de la santé, de soignants et de personnes vulnérables, particulièrement concernés par la menace de l’euthanasie.


commentaires

  1. Soulager mais pas tuer… quelques exemples d’accompagnement de fin de vie, aux frontières de la mort et pleinement dans la vie pour pouvoir comprendre ce qui peut se vivre: http://www.vivantsensemble.com

  2. Marcheix affirme: décembre 6, 2014 at 9:29

    Ne cédons pas à la sédation terminale
    (Médecin en Soins Palliatifs)

  3. deslandres affirme: décembre 9, 2014 at 8:42

    nous serons de cœur avec vous au Trocadéro demain
    bravo pour votre initiative

  4. Loi Le9onetti (2005) n est qu une ame9lioration de la loi sur les Soins Palliatifs de 1999 .Ce n est donc pas V Humbert qui est e0 l orgiine de la re9flexion sur la fin de vie. Il est e0 l orgiine de la volonte9 d e9viter un vide juridique qui se dessinait dans la loi de 1999, pas assez pre9cise sur l acharnement the9rapeutique.La loi sur le droit des malades de 2002 avait de9je0 e9te9 nettement une avance9e.Commme il est facile d interpre9ter les choses!Vous e9crivez: Tara , je pense qu’arrive un moment ou le droit e0 eatre aime9 ne fonctionne plus, n’a plus de sens. Vous revendiquez un droit e0 ne pas tuer facilement re9alisable puisqu’il s’agit d’un droit par la ne9gation. Mais y a t-il vraiment un droit e0 re9clamer l’amour des autres , qui effectivement peut donner ou rajouter du sens e0 son existence.Ici, je ne saurais entrer dans la discussion ni argumenter.Pour une raison bien simple.C est que, pour moi, il n est pas question de revendiquer un droit e0 eatre aime9 et son corollaire un devoir d aimer-Pourquoi ? Pour la simple raison que l amour de l autre n est ni un droit ni un devoir : il EST.L homme, malade ou en bonne sante9, est pour moi et les multiples soignants que je rencontre, meame si je re2le parfois e0 propos de mes e9le8ves- un eatre d amour.je suis de9sole9e, mais je n arrive pas e0 comprendre ce que vous voulez dire lorsque vous e9crivez : arrive un moment of9 le droit e0 eatre aime9 ne fonctionne plus, n’a plus de sens. Comment l amour peut il ne plus avoir de sens?Comment peut on ne plus aimer quelqu un au pre9texte qu il est devenu laid (par rapport e0 quoi, d ailleurs? Selon quel crite8re? On m a toujours dit que la beaute9 ne se mangeait pas en salade ) ou impotent?Comment l amour pourrait il avoir perdu son sens parce que l objet d amour est en fin de vie?C est une notion qui m e9chappe totalement!Un de mes profs de philo du DIU de Soins Palliatifs, nous a fait un cours sur l amour.Inte9ressant :Un re9sume9, pour le fun!L amour est un courant, il suppose donc deux pf4les. A un moment on est l un des pf4les, e0 un moment on est l autre.(i)Il y a un amant -> Il y a un aime9(ii)Il y a un de9sirant -> Il y a un de9sire9(iii)il y a un eatre sans ressources > il y a quelqu un qui posse8de quelque chose (richesse, beaute9, gentillesse ) > l aime9 a quelque chose que de9sire l amant (iiii) Il y a mouvement de l aimant vers l aime9, avec la question de savoir si l aime9 sait pourquoi il est aime9.Et pour l amant? Ou bien l aime9 m accorde ce bien (beaute9, gentillesse, etc ) et je suis ravi, ou bien il ne m accorde pas ce bien et je suis de9senchante9.Le proble8me serait il que le malade pense qu il est aime9 pour : sa beaute9, son dynamisme, son activite9 et non pas pour lui- meame?Vous savez, ce petit truc , qu on a, le0, au fond du cœur, ou au fond de l e2me, cette e9tincelle, cette lumie8re, qui fait qu on est aimable quelque soit ce qui enveloppe ce truc .(tout en sachant qu un soignant doit savoir ge9rer tout transfert et contre transfert, mais c est une e9vidence !)Il n y a pas de droit e0 re9clamer l amour.L amour est hors droits ou devoirs.L amour est ou devrait eatre inhe9rent e0 la vie.Et je pense que le0 encore, comme dans tant d autres pole9miques, on se base sur le paraeetre et non sur l eatre.Mais on rejoint la spiritualite9, loin de la petite description psy e9crite plus haut et bien loin des re9flexions de l ADMD, base9es sur un narcissisme primaire.Et c est dommage, parce qu il est une e9vidence : de8s que l homme (et l animal) ne se sent plus aime9, il meurt ou demande e0 mourir.La perte d amour est la seule perte qui puisse mener e0 la mort, d abord psychique, puis physique d un eatre vivant.Moi non plus, je ne porte aucun jugement sur la capacite9 d une famille e0 accompagner quelqu un de malade et/ou mourant, Carredas.Mais j ai des proble8mes de feeling avec des associations qui surfent sur la douleur de ces familles et de ces malades.Les me9canismes de de9fense qui entrent en jeu pour permettre de ge9rer cette souffrance sont e9normes.Le fait de vouloir ane9antir sa douleur en tuant le malade c est e0 dire en fait, en tuant sa douleur de voir qu il ne correspond plus e0 l image qu on en avait ou qu on s en faisait- est certes irrationnel ( parce qu apre8s, il y a une culpabilite9 e9norme qui empeache le travail de deuil de se faire), mais il existe.Entendre cette douleur de la famille est ne9cessaire.Mais j ai des doutes sur la ne9cessite9 de la pousser vers cette extre9mite9.Mais bon, je peux me tromper.Alors je ne sais pas si je revendique un droit e0 ne pas tuer facilement re9alisable puisqu’il s’agit d’un droit par la ne9gation. Je ne revendique rien.Mais je demande qu on respecte le fait que je suis incapable de tuer quelqu un, que je n en ai pas envie, que je ne comprends pas pourquoi je le ferais, que je ne comprends pas qu on puisse tuer par amour.J ai sans aucun doute une case de vide dans mon cerveau qui fait que je n arrive pas e0 inte9grer ce point de vue.C est ainsi.Et je ne sais pas ce qu est un droit par la ne9gation.Je ne suis pas juriste.Que voulez vous, personne n est parfait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *