Espace Presse

Retrouvez dans cet espace toutes les ressources média et les derniers communiqués du mouvement

consulter l'espace presse

Mobilisation nationale

Samedi 3 Octobre 2015, dans les nouvelles régions : Journée nationale d’alerte sur la fin de vie et de mobilisation pour les soins palliatifs.

en savoir plus

[CONFÉRENCE DE PRESSE] PPL Claeys-Leonetti : témoignages des experts
10 Mar 2015

[CONFÉRENCE DE PRESSE] PPL Claeys-Leonetti : témoignages des experts

Lors d’une conférence de presse, jeudi 5 mars, le mouvement « Soulager mais pas tuer » a analysé les dangers et les ambiguïtés de la proposition de loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie, et formulé des propositions pour améliorer ce texte qui sera examiné à l’Assemblée nationale à partir du 10 mars prochain.

Plusieurs soignants, ainsi que des personnes concernées par la lourde dépendance et la maladie, ont partagé leur témoignage de l’accompagnement de personnes fragiles, notamment en fin de vie.

 

Dr. François BERTIN-HUGAULT : Médecin des hôpitaux. Service de Neuro-Cardio-Gériatrie, François est également l’un des porte-parole de Convergence soignants soignés avec le Professeur Olivier Jonquet. Cette association rassemble près de 5000 soignants pour une médecine à visage humain.

« On se retrouve dans certains cas dans des situations complexes. On n’a pas été suffisamment formé à l’accompagnement de la fin de vie. Il est important d’avoir une loi adaptée à toutes les situations médicales. »

Dr. Jean DANIS : Médecin en soins palliatifs.

« J’ai peur que cette nouvelle proposition de loi provoque des décès par prescription médicale dans le cadre d’une incompétence autour de ces patients. »

————————–

 

Tugdual DERVILLE : Fondateur du service SOS Fin de vie et délégué général d’Alliance VITA. Son livre « La Bataille de l’euthanasie » (Salvator, 2012) dénonce la manipulation subie par les Français au travers de 7 grandes affaires qui ont bouleversé l’opinion.

« Le risque est présent,  85 parlementaires ont annoncé qu’ils essaieraient d’amender cette loi dans un sens plus euthanasique. »

————————–

 

Alix FRENAIS : Etudiante en 4e année de médecine, elle est porte-parole de l’association Soigner dans la Dignité qui rassemble plus de 600 étudiants en médecine. Alix Frenais plaide pour le développement de la culture palliative dans le cursus de la formation des étudiants.

« Un point capital à développer dans notre formation, la confiance dans la relation entre le médecin et son patient. »

————————–

 

Cyrille JEANTEUR : Atteint du locked-in syndrome depuis 17 ans, Cyrille témoigne de son parcours et de sa volonté de vivre. Paralysé, ne pouvant pas parler, il ne peut s’exprimer que difficilement. Aidé par ses proches et des professionnels de l’aide à la communication, ses réflexions sont couchées sur le papier depuis plusieurs années et nous livrent son témoignage de vie silencieuse mais parfaitement assumée et épanouie.

Magali JEANTEUR : Magali est l’épouse de Cyrille et l’accompagne dans son chemin particulier, en se faisant « porte-parole » du témoignage de son époux. Elle est également médecin à Nantes, tenant à cœur l’accompagnement des personnes qui lui sont confiées.

« Ce dont on voulait témoigner, c’est que la vie est précieuse. Il est difficile de juger pour autrui d’une utilité ou non de la vie de quelqu’un quand on a pas tout les éléments. »

————————–

Cédric de LINAGE : Sa femme, Amélie, a été victime d’un grave accident cardio-respiratoire en août 2014 et se réveille depuis quelques mois d’un coma profond. Il témoigne du parcours de sa femme, des relations avec les soignants et de son parcours en tant qu’aidant.

« La question de la nutrition ne se pose même pas. Elle est utile, efficace et sans effet délétère. Même pas de question : elle est vivante, elle est là. »

————————–

 

Claire PELLISSIER : Psychologue en soins palliatifs, Claire bénéficie d’une forte expérience dans l’accompagnement des personnes en toute fin de vie.

« Tout ça à cause de ce mal mourir. Qu’est-ce que ça signifie ? Conditions insupportables ? Est-ce vrai ? Et qui en est responsable. Les français n’ont pas accès à ce droit aux soins palliatifs. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *