Espace Presse

Retrouvez dans cet espace toutes les ressources média et les derniers communiqués du mouvement

consulter l'espace presse

Mobilisation nationale

Samedi 3 Octobre 2015, dans les nouvelles régions : Journée nationale d’alerte sur la fin de vie et de mobilisation pour les soins palliatifs.

en savoir plus

Pozzo di Borgo –  conférence de presse du 5 mars 2015
05 Mar 2015

Pozzo di Borgo – conférence de presse du 5 mars 2015

« Je parraine le mouvement ‘’Soulager mais pas tuer’’ car je me sens personnellement concerné et inquiet pour les fragiles et notre société.

J’aurai beaucoup aimé être parmi vous mais je récupère d’une longue année d’hospitalisation. Être ensemble sur cette question est pourtant essentiel, de même qu’il est important sur les questions de fin de vie de se pencher sur les personnes concernées et d’être en relation avec elles, plutôt que de penser résoudre la question par un « droit à la sédation profonde et continue jusqu’au décès », adossée à une loi anonyme.

La pratique de la sédation en fin de vie doit rester exceptionnelle, en ultime recours, car cette sédation annihile toute liberté et interdit toute relation du patient avec les siens ou le personnel médical. Or la relation est le meilleur médicament à l’angoisse de la mort. En paralysant le patient on lui enlève toute chance de s’exprimer et d’être aidé. La loi Leonetti de 2005 avait l’intelligence de maintenir un équilibre subtil entre les soins et le lâcher prise. Par contre, en pensant tout résoudre par un médicament qui « garantirait la mort sous anesthésie», ce nouveau projet de loi décourage la recherche des solutions créatives les plus appropriées au malade et à sa situation.

Beaucoup de personnes revendiquent la liberté de choisir leur mort et argumentent que leur choix est personnel ; elles n’envisagent même pas les conséquences que cette décision peut avoir pour d’autres fragiles encore plus seuls et souffrants. Cette liberté revendiquée par ceux qui disent vouloir être euthanasiés à de lourdes répercussions sur ma liberté et sur celle des plus fragiles et des plus faibles. Si la société dit à celui qui souffre, comme moi, qu’il a le droit d’être euthanasié, c’est comme si elle le disait à moi-même, comme si elle me criait à la figure que notre vie ne vaut plus d’être vécue. On croit respecter un droit, une liberté, on bafoue ma vie, notre vie, à nous autres les très différents et vulnérables.

Ne touchez donc pas aux intouchables, et vous verrez qu’en vous penchant sur eux, en étant en relation avec eux, en les considérant, vous vous réconcilierez avec votre finitude, vous vous sentirez mieux et notre société y trouvera sa dignité. »


commentaires

  1. Leprince Denis affirme: mars 9, 2015 at 9:37

    Monsieur Pozzo Di Borgo est bien placé pour parler de la vulnérabilité qui, tôt ou tard, se rappellera à chacun, dans les sociétés soi-disant avancées ou pas.
    Je lui sais gré de récapituler avec l’élégance de la simplicité la perspective inévitable de regain de violence envers tous qu’induirait la légalisation d’approches simplistes sur la meilleure manière de traiter la période de fin de vie.

    C’est un avertissement solennel au législateur qui doit, avant de voter, peser cet énorme risque : existe-t-il un parlementaire qui persisterait à vouloir transmettre aux générations une organisation sociale dont la violence serait prévisisble ?

    Je le remercie d’indiquer dans sa brève conclusion la voie autre à suivre, commune aux « intouchables » et à ceux qui ne le sont pas encore, pour que la société éprouve vraiment sa dignité.

    DL
    Brest, le 9 mars 2015

  2. P. Régis affirme: mars 9, 2015 at 9:30

    Merci. Cette courte parole de Philippe Pozzo di Borgo peut aider à ouvrir la parole auprès de membres de nos familles, d’amis, de proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *